vendredi 27 mai 2016

Une opinion sur le théâtre expérimental... en 1969!

Je les cite souvent ces derniers temps... parce qu'après avoir traînés un très long temps chez mon père et de longs mois à la maison, je me suis obligé à (re)lire Les Livres de l'année (j'ai de 1959 à 1994), édités par Grolier

Les numéros d'avant 1980 comportent tous une section Rétrospective théâtrale où on y lit l'évolution des arts de la scène au Québec et d'ailleurs dans le monde (notamment en France). Les auteurs de ces articles y vont aussi parfois de considérations qui font sourire, comme cette vision (de Mona Yoanide, dans l'édition de 1970!) du théâtre expérimental...:


En 1969, le théâtre, qui se sera permis de remettre en question - sa raison même de fonctionner, le public, l'auteur, le texte et l'interprète - débouche sur une impasse. La nudité totale sur scène ou sur ce qui en tient lieu, n'étonne plus. On attribue au sons gutturaux qui se substituent au langage plus de force d'expression qu'à la parole cohérente, et au geste plus de puissance qu'à la vocalité. L'improvisation collective remplace le professionnalisme. Cet art sauvage est un art de l'attente. De qui, de quoi, même ses fanatiques ne sauraient trop le préciser. Le théâtre, depuis deux mille ans qu'il existe, fut un besoin, un divertissement, une esthétique. Il est devenu un choix, une arme, une activité sociale. Autrefois rendez-vous de l'humanité, de nos jours il divise au lieu de réunir. [..­.] Le happening, né du living theatre et de Grotowski, essaie de créer une civilisation dramatique nouvelle à partir de la terre brûlée, en faisant participer le public. [...] L'agressivité systématique tue en fin de compte la participation. Aux côtés de ce théâtre expérimental qui se trouve, quoique l'on prétende, à bout de souffle, continue de fonctionner un théâtre traditionnel alimenté par des animateurs de génie qui, en l'interprétant, le revalorisent. En dernière instance, le théâtre commercial que l'on donne depuis longtemps pour agonisant, se porte fort bien. 

Je me demande ce que serait son opinion du théâtre d'aujourd'hui, du théâtre performatif, du théâtre de recherche...

Aucun commentaire: