samedi 30 avril 2016

À la défense du théâtre

En Nouvelle-France (et dans les temps suivants la Conquête), le théâtre n'avait pas bonne presse... notamment avec tous les interdits qui pleuvaient en provenance de l'Église. 

Pourtant, de courageux (!) citoyens osent prendre la défense du théâtre et le clament haut et fort... du moins par écrit, comme celui-ci et la publication qu'il en fit dans la Gazette de Montréal, le 23 décembre 1790 réclamant un théâtre pour tous!:


En voici une transcription:

Un citoyen observe:

1- Que quelques uns de ses compatriotes se proposent de donner cet hiver quelques représentations théâtrales. 

2- Qu'il y en a parmi eux qui ont proposé de n'admettre dans le parterre, qu'un très petit nombre de personnes de haute extraction ou de race noble.

Il remarque là-dessus:

1- Que le projet d'acter est bon et que le théâtre ne peut qu'inspirer du goût dans cette nouvelle colonie.

2- Qu'il ne remplira pas cet objet, s'il est peu (mot que je ne comprends pas): qu'il sera même inutile et ne fera tout au plus qu'exciter la haine et l'animosité résultantes ordinairement des (mot incompréhensible) distinctions.

3- Que si tel est le projet de n'acter que pour des gentilhommes, les roturiers sensés ne doivent pas leur servir de baladins tant que leurs égaux ne seront pas admis.

Et c'est tout.

Aucun commentaire: