mardi 1 mars 2016

L'espace de la farce au Moyen-Âge


Bientôt, mon équipe et moi, nous nous lancerons dans un travail axés sur des farces médiévales. À ce titre, l'ouvrage de Michel Rousse (professeur émérite de l'Université de Haute Bretagne, spécialiste de la farce), La scène et les tréteaux, est une petite bible d'informations sur la façon d'aborder de telles oeuvres.

Comme cette indication sur l'espace (pp. 100-101):

Le théâtre des farces émane d'un monde païen où l'espace est apte à recevoir toutes les structurations imaginables; d'une pièce à l'autre, mais surtout, d'une moment à l'autre d'une même pièce, il se définit différemment. Sa grande force est de ne pas avoir de décor, cet espace n'obéit qu'à lui-même: le décor définit le lieu et, par voie de conséquence, les personnages qui vont s'y produire, et qui en sont comme l'émanation. La démarche de la farce est inverse, le personnage définit le lieu par sa seule présence. Ce qui implique la convention suivante: la première fois qu'un personnage apparaît sur scène, à moins d'indications contraires dans son discours, il est dans son lieu familier.

Intéressant comme point de vue: l'interprète comme source de la définition de l'espace... Ça ouvre les possibilités tout en se concentrant sur l'essentiel du spectacle: le jeu. Du coup, ces farces sont une riche matière pour travailler la convention (au sens artistique du terme) et la tradition, pour travailler la présence et la mécanique du rire. 


Aucun commentaire: