lundi 22 février 2016

Protéger le public?


Ils [les théâtres «flagorneurs», comme le dit l'auteur] pensent le public comme une chose à quoi il ne faut pas faire confiance, comme une masse mal instruite et qu'il faut protéger, en particulier de la complexité, de l'ambiguïté et des désordres potentiels tapis derrière l'imagination.

[...] S'il y a été préparé, le public ne s'évertuera pas à chercher une cohérence permanente, que l'on associe au récit naturaliste, mais il fera l'expérience de la pièce moment après moment, vérité après vérité, contradiction après contradiction. Rompre avec de fausses règles de conduite au théâtre c'est permettre au gens l'accès à l'imagination.

[...] On a peur de notre propre public comme un piètre enseignant aurait peur de sa classe. [...] Dans tous les cas le public veut toujours en savoir plus ou en supporter plus que ce que le dramaturge ou le producteur veut bien lui confier. Le public a été traité comme un enfant même par les meilleurs des théâtres. 

Ce sont là quelques extraits du bouquin Arguments pour un théâtre d'Howard Barker, publié (c'est une réédition) en 2006 chez Les Solitaires intempestifs

Une lecture exigeante. Une lecture qui fait du bien. Une vision sans compromis qui fait la part belle au spectateur... qui l'aborde avec une grande confiance en son intelligence, sa curiosité.

Ce sont là des réponses qu'il fait bon se redire quand vient le temps de faire les choix qui marqueront une programmation...

Aucun commentaire: