vendredi 13 juin 2014

«La Paix chez soi et autres bêtises humaines»... [Carnet de mise en scène]


Nous entrons dans le dernier droit de cette production alors que nous ferons, demain, notre entrée en salle pour les derniers filages de même que pour le montage des décors et des éclairages.

Hier après-midi, nous avons fait un enchaînement (de ce spectacle qui devrait vraisemblablement durer 1h40) assez satisfaisant dans l'ensemble... mais qui cible un point - une possible faille! - sur lequel il faudra bien se pencher dans les dernières semaines...

Dans cette production, je ne cherche pas, avec les acteurs, à atteindre un réalisme certain mais bien à créer un certain réalisme qu'on pourrait simplement appeler cohérence scénique, établir, pour chaque piécette, des systèmes de codes et de conventions qui deviennent les clés de voûte de chacun de ces univers. Des codes et conventions réfléchis avec un but précis: développer l'efficacité de chacune de ces saynètes.

Il s'agit donc d'élaboration d'un plan physique (rapport à l'objet, rapport à l'autre, rapport à l'espace) et d'un plan rythmique (dynamiques, mouvements, cadences, ruptures de tons) où l'intérêt dramatique passe presque exclusivement par le corps de l'interprète. Un peu plus et ça devrait être de la danse. 

Ce principe (tout mécanique soit-il!) n'exclut évidemment pas la psychologie du personnage... Il ne fait que l'aborder d'un autre angle: celui de l'image, de la forme. Le personnage peut-il faire ce geste, ce déplacement? Est-ce en accord avec sa construction? 

C'est là que la cohérence (qui vaut tant pour la mise en scène que pour le comédien) joue son rôle. Elle permet de développer tout le potentiel du personnage, de l'enrichir et, du coup, de donner du sens, de la force, de l'émotion esthétique, à ces partitions qui risquent, dans le cas contraire, de sombrer dans une plate artificialité.

Dans ce type de théâtralité, donc, il faut se méfier (voire se protéger!) du naturel, du quotidien, du normal. Il s'agit d'un jeu montré. D'un jeu assumé. D'un jeu porté par des acteurs dont le maître mot est le plaisir. Plaisir de faire rire. Plaisir d'être sur scène. Plaisir du théâtre.

Pourtant, la rigueur doit être de mise, tant dans la préparation (réchauffements, concentration, bonnes italiennes efficaces, révisions) que dans l'exécution (contrôle, maîtrise, précision).

Aucun commentaire: