samedi 28 septembre 2013

L'avantage d'une charge de cours...

S'il y a un avantage à donner un cours, c'est bien celui de le préparer! Un cours comme Analyse dramaturgique du théâtre québécois m'oblige, d'une certaine façon, à revoir toutes mes connaissances, à les enrichir par de nombreuses lectures, à les structurer pour leur donner un cadre cohérent. 

Et c'est plutôt intéressant de se promener des premières manifestations sous le Régime Français (très peu nombreuses dues, anecdotiquement parlant, à l'absence d'une émigration de comédiens contrairement à l'installation, dans les colonies britanniques, d'une troupe d'acteurs!) à celles d'aujourd'hui en passant par la Conquête, les grandes tournées américaines et européennes, l'émergence du burlesque et la constitution d'un répertoire national..

La matière est foisonnante. Et une multitude d'ouvrages existe et chacun complète l'autre et ouvre de nouvelles parenthèses! Les grands thèmes se développent: la famille, l'identité, la question nationale... 

Trois bouquins me sont essentiels dans ce travail... trois bouquins de synthèse, très bien faits:
- le meilleur, à mon sens, étant celui de Madeleine Greffard et Jean-Guy Sabourin, Le Théâtre Québécois (une toute petite plaquette de 110 pages publiée dans la collection Boréal Express en 1997); 
- suivi par celui de Nancy Desjardins et Mélanie Fournier, 400 ans de théâtre au Québec (publié en 2008 chez Beauchemin) qui est un bon mélange d'histoire et d'extraits de pièces marquantes;
- enfin, Le Théâtre québécois, écrit par Michel Trépanier et Claude Vaillancourt (publié en 2000 aux Éditions Études Vivantes) boucle bien les deux autres par d'autres analyses thématiques sur quelques 90 pages.

Comme tout cours axé en grande partie sur l'histoire, les lacunes, par manque de recul, surgissent quand il s'agit d'aborder l'époque contemporaine, les années 2000...M'enfin...






Aucun commentaire: